logo "insectes.net"galéodes - scorpions - "souvenirs d'Algérie" - tégénaires -

 
la Galéode et le scorpion jaune !
 
GaléodeIl y a bien longtemps de cela, et c'était en Afrique du Nord....
 
Je suis un jour tombé par hasard sur une galéode en train de dévorer un grand scorpion jaune, et j'ai été frappé par la disparité des tailles, d'autant qu'il y avait également disparité des moyens puisque les scorpions sont venimeux, ce qui n'est pas le cas des galéodes.
 
Dans un premier temps j'ai supposé que le scorpion en question avait été trouvé mort, mais cela ne ressemblait guère aux mœurs d'un prédateur qui par définition est plus enclin à tailler dans le vif de son sujet que dans la dépouille d'un cadavre.
 
En y regardant de plus près j'ai pu constater que la victime n'était pas vraiment morte, si je puis dire, et surtout que son aiguillon venimeux manquait. On pouvait bien sûr imaginer que notre galéode avait pu profiter d'une proie déjà mal en point, et de surcroît accidentellement mutilée, mais là encore cette explication n'était guère satisfaisante. Bien entendu j'ai tenu à en avoir le cœur net.
 
Une vieille bouteille d'eau minérale traînant à proximité devait me donner l'occasion de vérifier sur le champ ce que je subodorais, sans toutefois vraiment y croire.
 
Trouver un scorpion et une autre galéode ne me demanda guère de temps, mais si le scorpion entra dans la bouteille quasiment de lui-même, ce fut nettement plus laborieux pour la galéode, et à la limite quelque peu imprudent. De fait la bête n'est pas du genre à plaisanter, et les morsures infligées par les puissantes chélicères sont réputées très douloureuses. Par ailleurs cet arachnide est particulièrement vif, et le fait de se sentir acculé génère évidemment un surcroît d'agressivité au demeurant bien compréhensible.
 
Cela précisé il n'aura fallu que quelques instants pour me convaincre de l'incroyable. À peine les deux protagonistes étaient-ils en présence dans la bouteille (maintenue horizontalement pour leur donner du champ), que l'empoignade eut lieu. Avant même d'avoir le temps de réaliser, la cause était entendue avec un scorpion en quelque sorte " désarmé ", et un aiguillon en mal de propriétaire gisant au fond de l'arène improvisée.
 
Chacun prit ensuite ses distances en se reculant au maximum des limites imposées par la bouteille mais il ne fait aucun doute qu'une galéode au ventre creux se serait attablée dans la foulée sans coup férir.
 
Bien entendu j'ai répété l'expérience et à chaque fois la galéode prenait instantanément l'initiative de l'attaque, et le dernier segment caudal du scorpion était toujours prioritairement visé et promptement sectionné au niveau de l'articulation le reliant au précédent.
 
Je ne suis certes pas un spécialiste des arachnides, mais de tels comportements sont pour le moins étonnants, et dès lors on comprend aisément que les positions puissent diverger entre les partisans de l'inné et ceux de l'acquis.
 
 
ACCUEIL historiettes
 
les pages entomologiques d' andré lequet : http://www.insectes-net.fr